La région de Belverakk

Cette région qui se trouve au nord-ouest de Raille tire son nom de son ancienne capitale Belverakk. Ou plus exactement de ce qu’il en reste car cette dernière qui a sans doute été une cité radieuse au cours de son âge d’or. Mais de cet âge d’or, il ne reste hélas plus personne pour en conserver le souvenir. L’époque de grandeur remonte aux époques de guerre qui ont précédées la grande amnésie. Et sa chute est également antérieure à cette dernière.

A ce titre, le changement de nom qu’a connu cette capitale est révélateur. La ville à l’origine s’appelait Belveradd. « Belva » dans la langue des fées signifie la citée, et « Radd » majestueux. De nos jours, l’ancienne capitale est nommée Belverakk (rakk signifiant un défunt). C’est donc une ville morte et déserte qui accueillera les voyageurs qui traverseront la région.

Cette ville morte mesure environ dix fois la taille de l’actuelle capitale, Raille. Et cela sans compter les nombreuses villes qui entourent Belverakk et qui viennent gonfler davantage encore sa superficie. Elles aussi sont réduites depuis longtemps à l’état de ruine.

Belverakk n’est pourtant pas tout à fait déserte. Une espèce tout à fait singulière d’entité hante encore ces lieux aujourd’hui. On les appelle les ombres, ou les silencieux, ou encore les yeux de Belverakk.

Ces créatures ont des tailles variables, mais ne semble jamais dépassé les 60 centimètres. Ils n’apparaissent qu’aux moments où les étoiles éclairent le plus faiblement la ville. Ils restent toujours à distance des voyageurs qui traversent l’antique citée. Ils ne font jamais le moindre bruit, d’où leur surnom de silencieux. Les décrire reste de même assez difficile tant ces entités préfèrent demeurer dans l’ombre. On ne voit d’elles rarement plus que leur sombre silhouette. Le détail qui trahit le plus souvent leur présence, sont leurs grands yeux lumineux qui brillent tels des phares dans la pénombre.

Ils se contentent d’observer les visiteurs, et disparaissent si l’on tente de s’approcher d’eux. Si des entités sont parvenus à créer un contact avec ces mystérieux habitants de Belverakk, leur réussite n’est pour l’heure pas arrivée aux oreilles des autorités de Raille. Il nous est par conséquent impossible d’en parler davantage.

Que font les visiteurs venus explorer ces lieux abandonnés ?

Généralement, il s’agit de simples marchands cherchant à traverser la ville au lieu de la contourner afin de gagner du temps dans leur périple.

Pour les autres visiteurs, leur présence s’explique par la recherche d’artefacts rares. Bien que la ville ait déjà été fouillée et pillée il y a longtemps, il est certain que de nombreux trésors et secrets attendent toujours d’être découverts, en particulier dans les plus hauts et inaccessibles endroits de la ville.

Cette recherche d’artefacts rares n’est pas sans danger. Les édifices ne sont pas stables et peuvent s’effondrer à tout moment. Les escalader peut donc s’avérer mortellement périlleux.

Autre menace, la région semble connaître une soudaine activité sismique. De violents tremblements de terre se font ressentir dans la ville et ses alentours. Les causes de ces tremblements de terre ne sont pour l’heure pas connues. Mais cela a un impact évident sur l’ancienne capitale dont les vestiges s’écroulent de plus en plus vite.

Bien que pas réellement vivantes, il existe des statues douées d’une certaine forme de conscience et éparpillées aussi bien dans le centre-ville que dans ses quartiers les plus éloignés de Belverakk. Ces statues bien que souvent fissurées et érodées par les intempéries, sont pourtant en bien meilleur état que les vestiges de l’ancienne mégalopole. Plus étrange encore, ces statues sont capables de communiquer avec les autres entités directement dans leur esprit. Que disent-elles ? Et bien elles parlent principalement de la vie des habitants de Belverakk à l’époque de la splendeur de cette dernière. Elles racontent à qui veut prêter l’oreille des anecdotes sur leur quotidien. Elles expliquent combien les rues de la ville étaient larges et verdoyantes. Combien l’architecture des plus hautes tours de la ville stupéfiait les voyageurs qui découvraient la ville pour la première fois. Cependant, elles ne parlent jamais de ce qui a détruit la citée. Jamais. Si l’on vient à leur poser directement la question, elles répondront immanquablement et inlassablement : « Nous ne souhaitons pas nous en souvenir ».

Les savants de Raille ont malgré tout appris beaucoup de choses grâce à ces statues qui livrent un témoignage de première main à travers les âges. Mais d’elles, on ne saura sans doute jamais rien de la chute de la plus puissante ville ayant existé dans le royaume de Raille.

Un indice toutefois : la ville comporte encore de nombreux échafaudages, et de nombreux chantiers de construction à l’abandon. Cela semble indiquer que la destruction de Belverakk aurait été brusque et inattendue pour ses habitants.

Les viaducs de Belverakk.

Preuve supplémentaire de l’importance de Belverakk à l’époque de son apogée, il existe plusieurs viaducs parcourant le royaume de Raille. Tous convergent vers l’ancienne capitale. Des études récentes ont montré que ces viaducs ne transportaient en réalité pas de l’eau, mais de l’énergie élémentaire.

Beaucoup de ces viaducs sont aujourd’hui à l’état de ruine et il est désormais impossible de savoir d’où certains d’entre eux puisaient leurs sources d’énergie. Trois de ces canaux sont encore debout. L’un débute dans les premières vallées des montagnes Perce-ciels où le vent est puissant. Un deuxième s’enfonce jusqu’aux glaciers de cette même chaine de montagnes. Le dernier viaduc commence au Praetor. Le redoutable volcan situé au nord-ouest de la ville. Les aqueducs transportaient leur énergie jusqu’à la place centrale de Belverakk.

A première vue, il n’y a rien à voir sur cette place centrale, mais un observateur avisé, pourra constater la présence d’un grand nombre de sortilèges d’illusion emmêlés les uns dans les autres. Visiblement, quelque chose se tient dissimulé au beau milieu de cette place. Et vu les efforts mis en œuvre pour dissimuler ce « quelque chose », les sorciers ayant canalisé tous ces sortilèges souhaitaient qu’il en reste ainsi. Et de fait, personne n’est pour l’heure parvenu à défaire ces sortilèges.

**********************

Faites récents et rapports d’éclaireurs.

Dans un premier temps, ce fut surtout des marchands cherchant à traverser la ville qui parlèrent d’activités et de bruits étranges émanant spécifiquement de certains bâtiments en ruine de Belverakk. Les soldats envoyés pour enquêter sur ces rumeurs revinrent avec une information de première importance : La réunification semble s’être installée et occupent désormais certaines partie de la ville.

Cela signifie que des humains du Zimmlaant sont ainsi capables de pénétrer dans le monde onirique.

Ces derniers ne maitrisant pas la magie, on peut également supposer qu’ils ont reçu de l’aide pour atteindre le monde onirique. Naturellement, toutes les suspicions vont du côté des quelques mages sombres qui ont survécu à la dernière guerre. On leur connait quelques relations avec des humains membres de cette sinistre organisation qu’est la Réunification.

Pour l’heure, le roi Atalante et le haut conseil de Raille étudient encore les options qui s’offrent à eux afin de répondre à cette menace qui n’a jamais été aussi proche des remparts de Raille, la capitale du royaume onirique.

Ailleurs dans le royaume de Belverakk.

Aussi gigantesque que puisse être Belverakk, elle est loin d’occuper à elle seule la totalité du territoire de la région.

La première chose d’étrange que peuvent remarquer les voyageurs en s’enfonçant dans le royaume de Belverakk, est le grand nombre de machine qui jonchent le sol. Toutes sont identiques, il s’agit de petits canalisateurs d’énergies. Obsolètes et hors service depuis longtemps, ces machines lèvent néanmoins une question : que pouvait faire Belverakk de toute cette énergie ?

Quoi qu’il en soit, puisque ces machines ne fonctionnent plus. Le premier venupourrait les emporter et les échanger au bazar le plus proche. Mais ces machines abondent tellement sur les marchés et les centres de trocs que même leurs pièces n’ont plus aucune valeur.

Les divers paysages que l’on peut trouver dans cette région portent toujours les stigmates des guerres et des batailles qui s’y sont déroulées. Notamment celles concernant la dernière guerre qui opposa les troupes unifiées de Raille aux mages sombres commandés par Del’ka. Il n’est pas rare de passer devant un gigantesque arbre mort, torturé ou fendu. Ou bien un sanctuaire des éléments que la magie a désormais déserté. Ou encore un portail détruit et à jamais désactivé. La paix est revenue au royaume de Belverakk comme ailleurs. Mais c’est dans cette région que le prix de cette paix est le plus visible.

Bien entendu, il reste encore beaucoup de malédictions endormies dans cette contrée. Il est fortement recommandé de ne jamais trop s’éloigner des grandes routes sans un guide ou une grande prudence. Beaucoup de ces malédictions sont issues des mages sombres. Cela signifie que la magie noire y est liée d’une manière ou d’une autre.

Dernier élément témoignant de la violence des combats qui se sont déroulés en ces lieux, la région compte quelques cimetières. Ces derniers sont construits le plus souvent en pleine nature et prennent la forme de longues lignes de pierres tombales. On raconte que certaines entités tombées au combat sont revenues à la vie sous forme de monstre-cauchemars. Ces esprits errants sont communément appelés des aberrations.

 

 

 

 

 

************************

Information Secrète : Si vous parvenez à défaire l’ensemble des sortilèges d’illusion, les joueurs verront un temple dans lequel se trouve l’entrée d’un souterrain menant à une gigantesque salle. Dans cette salle, repose une gigantesque armée crée de toute pièce par magie. L’énergie des viaducs servaient de matière première à cette armée.

Des écrits mentionnant cette armée se trouve dans la bibliothèque de Raille où elle est mentionnée sous le nom « d’armée incomplète ».

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *