Les plaines Viameütt

Situées aux confins du royaume onirique, à l’extrême sud-est, et séparées des autres terres par une chaînes de montagnes abruptes, les plaines Viameütt forment une vaste prairie dont une grande partie du territoire est encore inexplorée même par les plus téméraires explorateurs de Raille. Le manque d’information géographique la concernant est certes justifié par l’étendue de la zone à cartographier, mais aussi par le caractère répétitif des paysages qu’elle présente. Beaucoup d’aventuriers après s’être profondément enfoncés dans les plaines ont confessé avoir fait demi-tour « car c’était beaucoup trop ennuyant de continuer ».

De là vient son nom « Viameütt » qui signifie « chiant » dans la langue des fées. Les autochtones ne comprenant pas cette langue, on leur a simplement dit que cela signifiait « infini ». Pourvu que personne ne vienne leur dire la vérité…

Il faut reconnaître que les plaines Viameütt ne se composent que d’herbes basses et grasses, et est parcourue çà et là par quelques rivières et ruisseaux. Côté frisson de la découverte on a vu mieux…

Pourtant les plaines sont bel et bien habitées par des tribus locales et souvent nomades. Ces dernières ne sortent que rarement des plaines et ne semble pas se mélanger beaucoup entre elles. Peu de choses sont connues sur elles, toutefois une de leur tradition est devenu célèbre. La musicomancie.

En effet, chaque tribut élève et forme en son sein des magiciens qui consacrent leur vie à la magie sonore et à l’acoustique en général. Le premier objectif de la musicomancie est purement pragmatique. Dans l’immensité de la plaine, le moyen le plus rapide d’envoyer une information est d’employer le son. La tâche de transmettre des messages entre tribus ou membres d’une même communauté revient donc bien souvent à ces magiciens musicomanes.

Il est intéressant de noter que ces magiciens se divisent eux-mêmes en deux catégories, les spécialistes de l’envoi d’ondes musicales (et porteuses d’un message à décrypter) et ceux dont la tâche consiste justement à capter ces messages et à en comprendre le sens. Ces deux disciplines demandant une très longue pratique, il est rare qu’un seul magicien dispose des compétences pour être à la fois émetteur et récepteur.

Les festivités de Vertlieu.

De cette tradition découle directement l’un des événements culturels les plus suivis et connus de la région. À la fin de chaque cycle des « Gantrez » (voir chapitre sur les cycles temporels) Les participants aux festivités organisées pour l’occasion se réunissent à Vertlieu (l’une des rares grandes villes de la région).

Débutent alors une grande compétition de musicomancie, où chaque tribu se voit représenté par une poignée de participants. Ces participants rivalisent alors d’adresse dans l’art de composer de la musique sans l’aide du moindre instrument. Juste par canalisation de leur magie. La compétition est prestigieuse et le vainqueur se voit couvert d’éloges et d’honneurs par sa tribu. L’une des compétitrices les plus célèbres n’est nulle autre que Vittiass qui est l’actuelle ministre de la culture à Raille. Et pour ceux qui se poserait la question, oui elle est au courant du vrai sens du mot Viameütt.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.