Le grand conseil de Raille

Au nombre de huit (auxquels s’ajoute naturellement le roi) les ministres du roi Atalante forment ce qu’on appelle le grand conseil royal. Ces huit ministres n’ont pas de parcours en commun si ce n’est d’avoir été à une époque de leur vie non seulement amis du roi mais aussi des hommes d’état compétents dans leur domaine respectif.

Le grand conseil des ministres siège généralement à Raille, mais il n’est pas rare que certains ministres partent en mission dans les provinces les plus éloignées de la capitale. Ils se réunissent fréquemment avec des membres manquants.

Roemer :

Roemer pourrait être considéré comme le premier ministre dans le sens où c’est presque toujours lui qui préside les assemblées du grand conseil. Il est notoirement connu qu’après la conseillère Érébus, il est l’entité la plus proche du roi. De plus, il est souvent admis que ce que sait le roi, Roemer le sait également. Lorsque le roi Atalante s’absente de la capitale, c’est lui qui dirige la ville.

Véritable homme de confiance et bras droit d’Atalante, c’est le plus souvent lui qui orchestre les missions secrètes du gouvernement. Bien qu’il ne soit ni militaire, ni chef d’armée. C’est lui qui affecte les missions « exceptionnelles » pour les soldats et les gardes oniriques. Notamment celles qui sont liées à l’envoi de troupes dans le Zimmlaant dans le but de contrecarrer les plans de la Réunification. Lui-même étant en tout point physiologiquement semblable à un humain, il n’est pas exclu qu’il se rende personnellement dans le monde réel.

Caractère : Bien que Roemer ait la totale confiance du roi, on ne peut guère en dire autant des autres ministres. En effet, le « premier des ministres » n’a pas volé sa réputation de personnalité acariâtre et arrogante. Le chef des ministres aime s’entourer de secrets et est connu pour ne jamais fournir plus d’informations que nécessaire. Précaution que beaucoup juges inutiles. Toutefois, même ses plus tenaces détracteurs sont obligés de reconnaître que tout travail qui lui est confié, sera au bout du compte, un travail bien fait.

* * *  * * * * * * * *  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Mintho :

Mintho est la ministre responsable de l’identification et de la suppression des sortilèges et des malédictions qui continuent de causer de véritables ravages dans le Midjatt’. Lors des anciennes guerres de nombreux pièges magiques ont été disposés à des fins de destruction aux quatre coins du monde onirique. La paix est revenue mais les sortilèges sont restés en place. Certains n’ont d’ailleurs fait que gagner en puissance avec le temps. Ce sujet est devenu si délicat et problématique de nos jours, qu’un ministère lui est intégralement dédié. Mintho est depuis le début en charge de ce ministère. Elle et sa garde rapprochée parcourent les étendues oniriques à la recherche de ces terribles sortilèges afin de les désamorcer un par un. Autant dire que le ministère a encore de longs cycles d’existence devant lui…

Description et caractère :

De taille humaine, Mintho est une harpie dont le plumage recouvre l’intégralité des bras et des jambes. Elle peut se déplacer en volant. Ses jambes se terminent par de longues griffes tranchantes. Cependant, c’est de sa magie qu’elle tire sa plus grande puissance. Magicienne et érudite, Mintho n’est que rarement pris de court par les malédictions, adversaires et autres sortilèges auxquels elle se trouve souvent confrontée. Mintho ne combat de front qu’en cas de stricte nécessité. Elle est parfaitement consciente que son expérience, son calme et ses connaissances magiques l’ont tirées plus d’une fois d’une mort certaine, même contre des adversaires pourtant plus puissants qu’elle.

Généralement calme et réservée, Mintho ne prend jamais la parole durant les réunions du grand conseil à moins d’y être obligée. Ses rapports de mission sont souvent sobres et rapides. Laissant les débats et querelles aux autres membres du conseil. Elle s’est déjà maintes fois dans le passé montrée capable de disparaître de Raille durant de longs cycles sans explication et sans donner signe de vie. Finalement, elle réapparaît au palais se contentant d’un « j’étais sur une mission particulièrement délicate ». Son gout prononcé pour les mystères et son manque de discipline semble ne pas faire l’unanimité au sein du conseil. Ce n’est plus guère un secret que Roemer aurait tenté d’infléchir le roi dans sa décision de la maintenir dans le grand conseil royal.

* *  * * * * * * * * * * * * * * ** * *  * * * * **  * * * * * * * * * * * * *

Rhamzel : Rhamzel est le ministre en charge du recrutement et de la formation des soldats de Raille. Bien que ces derniers puissent ensuite être emmenés à opérer loin de la capitale, la plus grande partie de leur formation se fera sous sa surveillance minutieuse et permanente.

Sur son passé, il ne s’étend guère. Il est un excellent soldat, ses gestes et sa posture parle pour lui. Presque tous les soldats œuvrant aux bénéfices de Raille ont un jour eu affaire à lui. Le plus célèbre de ses apprentis n’étant nul autre que le roi lui-même. Hélas pour ce dernier, il échoua lors de l’examen final (qui consistait en un affrontement contre un autre garde onirique). Peu rancunier et conscient de son savoir-faire, le roi lui accorda une place au sein du grand conseil.

Description et caractère : Rhamzel est un guerrier félin et aux oreilles étirées. Il est aussi significativement plus grand et plus robuste que la plupart des autres entités du Midjatt’ ou encore des humains. Bien que guerrier dans l’âme, Rhamzel n’en demeure pas moins protecteur et attentif envers ses étudiants. Certains lui reprochent sa trop grande douceur envers les futurs défenseurs de Raille. Selon eux, elle serait inappropriée et ne les préparerait pas suffisamment à affronter les cauchemars et les autres menaces
qui continuent de se terrer dans le Midjatt’. Mais ceux qui ont un jour été ses élèves savent à quel point Rhamzel peut se montrer strict et autoritaire lorsqu’il estime que la situation l’exige. Du reste, ces derniers temps, il n’a plus guère le temps de prêter l’oreille à ces sornettes. Les récentes apparitions de cauchemars et autres membres de la Réunification ont contraint le roi Atalante à accroître les effectifs aussi bien des soldats de Raille que de la garde onirique. Rhamzel a donc du pain sur la planche, les autres ministres supposent d’ailleurs que c’est là, la raison de ses absences de plus en plus régulières lors des réunions du grand conseil…

* * *  * * *  * * * * * * * *  ** * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *  * * * * * * *  * *

Céléas :

Secteurs que l’on pourrait être tenté de sous-estimer dans un monde où règne magie et féerie, l’urbanisme et les transports n’en restent pas moins les clés de voûtes de toute société qui se respecte. Le Midjatt’ ne fait pas exception à cette règle.

L’un des premiers chantiers après le couronnement d’Atalante, fut de créer et de maintenir des moyens de communications rapides et fiables sur l’ensemble des régions entourant la capitale. Inutile de dire que la tâche était (et reste toujours) colossale.

Un ministère entièrement consacré à cette fin n’est pas de trop. Céléas s’est donc vu chargé d’assurer la transmission rapide des informations.

Céléas est un ancien général qui était en service lors de la guerre contre les mages sombres. C’est d’ailleurs lui qui recommanda à ses collègues de promouvoir le jeune Atalante au rang de général en chef. Décision bien heureuse dont le monde s’est souvenu une fois le conflit terminé. Au sommet de sa gloire, personne ne s’étonna de voir l’expérimenté général obtenir un poste de ministre. Mais peut-être pas celui de l’urbanisme et des transports…

Description et caractère :  En tout point similaire à un humain du Zimmlaant, les rumeurs vont bon train dans le palais sur ses origines. Lui-même a toujours déclaré être originaire de Raille, mais chacune de ses interventions publiques n’a fait qu’amplifier les rumeurs à ce sujet.  Peu importe, tant que ces bruits de couloirs ne l’empêchent pas d’accomplir son travail…

Ceci étant dit, il est avéré que Céléas profite allègrement de sa morphologie humaine pour se rendre dans le Zimmlaant dans le but d’étudier le monde des hommes.

Selon lui, la raison en est simple : bien que dépourvu de magie, les humains n’en ont pas moins fait preuve d’une impressionnante inventivité en matière de communications et pour le transport des marchandises. Céléas déclare ouvertement vouloir s’inspirer de leur Internet et tenter par la magie de mettre au point un système équivalent. Vaste programme donc. Ainsi, Céléas est la seule entité féerique à s’intéresser sincèrement et de près à la logistique et aux convois exceptionnels « dont les humains raffolent tant » selon lui.

* * * * * * * * * * * * * ** * * * * *  * ** * * * * * * ** * * *  * * * * * * * * * * * * * * * *

Amiscora :

De tous les membres du conseil, Amiscora est la seule qui occupait déjà un poste important à Raille avant même qu’Atalante ne devienne roi. Que faisait-elle ? Elle était l’indéboulonnable et opiniâtre directrice de la bibliothèque de la ville. Quel poste occupe-t-elle à présent ? Elle est restée l’indéboulonnable et opiniâtre ministre de la bibliothèque de Raille.

La bibliothèque représente en effet une véritable institution dans la capitale. On vient de tout le Midjatt’ pour venir en consulter les documents. Mais la bibliothèque renferme aussi ses secrets bien moins connus. C’est la plus grande du royaume onirique, et c’est dans des étages privés, dont l’accès est restreint, que sont entreposés les documents traitant des guerres et des périodes antérieures à la grande amnésie. Et pour y accéder sans autorisation, mieux vaut ne pas trop compter sur l’aide Amiscora.

Description et caractère : Entité particulièrement austère et intransigeante, Amiscora n’en est pas moins une des personnalités les plus respectées de la ville. Son influence sur celle-ci est telle que certains affirment qu’avant le couronnement, Atalante lui-même lui aurait rendu visite pour s’assurer de son plein soutien. Autre indice qui en dit long sur son aura : en sa présence, même l’infatigable, et parfois irritante Érébus, préfère se tenir tranquille et silencieuse. Érébus s’assure toujours qu’Amiscora soit loin avant de la qualifier de « vieille bique ».

Autre détail intrigant : Amiscora est aveugle, ou du moins prétend l’être quand la situation l’arrange. Nombreux sont ceux qui se demandent comment une personne ne pouvant plus ni lire ni écrire peut s’occuper d’une bibliothèque. Il y a incontestablement là une zone d’ombre où il pourrait être judicieux de mener l’enquête. Discrètement.

Physiquement, Amiscora pourrait passer pour une humaine d’un âge assez avancé si on ne tenait pas compte du ruban et du large chapeau qui recouvre toute la partie supérieure de son crâne. De dessous ce dernier, on entend des bruits sourdes et réguliers semblable aux bruits que ferait une gigantesque turbine. Personne n’a jamais osé lui demander ce que cachait son couvre-chef, et elle-même n’a jamais daigné en parler. Affaire à suivre.

* * * *  * * * * * * *  * * * * * * * * * * *  * * * * * * * * * *  * * * * * * * * * * *  * * * **

Vilzinn :

Autre grand nom de Raille ayant combattu au côté d’Atalante lors de la grande bataille de Jarv Ja Orgu. Vilzinn est une magicienne hors pair liée par serment au feu noir. Mais n’allez pas croire que ses connaissances s’arrêtent à son simple domaine de compétence, Vilzinn possède des compétences encyclopédiques dans un grand nombre de domaines scientifiques et historiques. Contrairement à la plupart des entités non-fées du Midjatt’, Vilzinn parle très bien la langue des fées et possède un réseau de relations parmi elles.

Son érudition et ses compétences linguistiques ont fait d’elle une candidate de choix pour le ministère de la science et de la recherche. Contrairement aux autres ministres, Vilzinn n’a jamais cherché à intégrer le grand conseil. Réticente à l’origine, ce n’est qu’après de longues négociations entre elle et le roi qu’elle finit par céder. La raison de ce revirement n’est d’ailleurs toujours pas connue à ce jour.

Description et caractère :

Vilzinn est elle aussi proche d’une anatomie humaine si on omet les pierres de magie rouges et noires qu’elle porte incrustées dans sa peau.

Plutôt solitaire dans son tempérament, Vilzinn a dû faire des efforts sur elle-même pour devenir la ministre des sciences dont a besoin le monde onirique. La voilà désormais obligée de coopérer avec un grand nombre de chercheurs pour faire avancer la magie dans tous les domaines possibles : médical, militaire, permutations des éléments, contrôle des malédictions. A la fois trop curieuse pour négliger la moindre discipline scientifique, et trop méthodique pour s’accorder avec la frivolité des fées qui représentent pourtant l’essentiel de la communauté scientifique du Midjatt’, il n’est pas rare de la voir passer dans les couloirs du palais fulminante et foudroyant du regard quiconque se trouve sur son chemin. Personne n’a de certitudes sur ce qui l’oblige à rester à la tête de son ministère. Mais il est à noter que le jour où fut enfin terminé et mis en place la pierre protectrice de Raille, de nombreux témoins présents à l’inauguration ont affirmé que Vilzinn avait versé de longues larmes de joie. Durant les cycles qui suivirent, On l’a surpris même à sourire aux entités qu’elle rencontrait dans les couloirs du palais royal. Ses grandes réalisations lui apportent peut-être une satisfaction et une reconnaissance sociale qu’elle ne peut ressentir qu’au prix de quelques sacrifices dans ses méthodes de travail…

* * *  * * * * * * * * * * * * *  ** *  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *  **

Abanscantus :

Originaire des hautes forêts bordant la rivière sans fond, et ami de longue date du roi Atalante, Abanscantus est le ministre du commerce du royaume onirique. Bien que l’argent n’existe pas dans le Midjatt’, le troc est utilisé en permanence et par tout le monde. Abanscantus et son ministère interviennent pour déterminer où et quand se tiendront les prochaines foires et autres lieux de commerce. Ce sont également ses services qui enquêtent en cas de litige lors d’une transaction. On dit aussi de lui qu’il est capable de détecter n’importe quel article contrefait à l’odeur que dégage ce dernier. Personne (pas même lui) ne semble pouvoir expliquer ce phénomène, mais comme son flair fait mouche à chaque fois…

C’est également son ministère qui officialise la rareté, et donc la valeur, des principaux articles disponibles au troc. Il tient personnellement une liste de tous les objets qui sont interdits à l’échange. Liste régulièrement mise à jour et qui présente des objets trop rares, ou dangereux pour être laissés en libre commerce.

Enfin, il faut savoir que chaque contrat ou engagement dûment signé dans la capitale est aussitôt magiquement copié. La copie en question se matérialise presque instantanément dans les archives du ministère qui se trouve dans les sous-sols du palais. Au moindre désaccord entre les commerçants, c’est la copie conservée au palais qui tranchera devant la justice. Abanscantus n’est pas peu fier de cette magie qu’il a lui-même mis au point. De ce fait, découle une certaine réticence à reconnaître les dysfonctionnements de son système. Ainsi, plusieurs fois des employés du palais ont vu des exemplaires de contrat surgir du néant directement sur leur bureau et se mélanger insidieusement à leurs propres documents administratifs. « Un bon agent administratif se doit d’être toujours prêt à prévoir l’imprévu » grommela Abanscantus la dernière fois que le sujet se trouva à l’ordre du jour lors d’une réunion du conseil.

Description et caractère : Avec son long bec, son plumage blanc, et ses jambes très allongées, Abanscantus ressemble à un volatile comme on n’en rencontre fréquemment dans les forêts à l’est du royaume. Leurs ailes et leur faculté de voler sont en effet particulièrement adaptées à cet environnement. Ils peuvent se déplacer et changer d’arbres sans avoir à descendre du premier pour ensuite escalader le deuxième. Pourtant, Abanscantus est une exception et est incapable de voler. Victime d’une malédiction il y a longtemps, il a perdu une bonne partie de sa mobilité. Même marcher sur de longues distances lui est pénible, et il préfère en général rester au palais d’où il envoie des émissaires régler pour lui les affaires qui nécessite de se déplacer. La nature de cette malédiction est toujours inconnue, mais on sait de lui qu’il a longtemps séjourné non loin du marais de Birtokk qui est connu pour être l’un des lieux les plus dangereux du Midjatt’. Il n’est pas impossible que ces deux éléments soient liés.

* * *  * * * * * * *  * * * * * * * * * * *  * * * * * * * * * * * * * * * *  * * * * * * *

Vittias :

      Vittias est l’entité en charge du ministère des arts et de la culture. Magicienne et musicienne à la fois. Vittias fait partie du clan des Karvilez (les inspirés). Ce clan fait partie de ces innombrables tribus peuplant les vastes plaines au sud-est du royaume. Ces dernières ont monté la maîtrise de la magie sonore à un niveau inégalé ailleurs dans le Midjatt’ (voir chapitre sur les magies).

Vittias a depuis toujours baigné dans la tradition musicale omniprésente dans les plaines de Viameütt et comme beaucoup des siens, elle est incroyablement douée pour composer de la musique avec pour seul instrument, sa magie élémentaire. Elle est la seule entité connue à avoir remporté deux fois la grande compétition des musiciens qui se tient dans sa région natale. Sa réputation finit par atteindre les remparts de la capitale où le roi Atalante l’a reçue dans son palais.

Le roi chargea Vittias de mettre en place la première édition de cet événement. Ainsi vu le jour le premier carnaval des féeries. Son succès fut retentissant et retomba en éloge sur son organisatrice. Rapidement, cette dernière se vit confier toujours plus de responsabilités jusqu’au jour où elle se vit finalement confié le poste de ministre des arts et de la culture qu’elle occupe encore aujourd’hui. Une vraie succes story made in Midjatt’ en somme.

Description et caractère : Malgré sa peau « noir de jais » que viennent souligner ses longs cheveux « blancs comme de la neige pure », Vittias aurait pu passer pour une humaine ordinaire si elle n’avait pas mesuré presque 3 mètres de hauts. On dit souvent que sa stature lui assure une bonne visibilité pendant les réunions du grand conseil.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *