La brigade féerique

Bien qu’encore à l’étape de projet théorique, le roi Atalante a décidé la création d’une nouvelle force d’opération constituée d’espions et de combattants entièrement consacrés à la lutte contre la Réunification directement dans le Zimmlaant, c’est-à-dire le monde des hommes.

Cet ordre a d’or et déjà été baptisé « la brigade féerique ». Atalante a confié la direction de cette brigade à sa plus proche conseillère Érébus. Beaucoup voient là une preuve que le roi souhaite impliquer davantage cette dernière dans les affaires politiques du royaume. On raconte aussi que cette décision a beaucoup déplu à Roemer le chef des ministres. Il est notoirement connu que celui-ci considère Érébus comme étant « trop immature » pour endosser une telle responsabilité.

La priorité pour cette brigade féerique naissante est de procéder à des recrutements. Principalement parmi les humains car ces derniers connaissent déjà bien leur propre monde et peuvent y évoluer plus facilement (et discrètement) que les entités magiques du Midjatt’.

Convaincre des humains implique d’établir un premier contact avec eux et de leur faire admettre l’existence de la magie, de la Réunification et d’un monde onirique. Le tout sans les effrayer ou d’éveiller en eux des envies de chasse aux sorcières. Autrement dit : ce n’est pas une mince affaire.

La prise de contact se fait doucement et par étape. Il est d’ailleurs tout à fait possible que vos joueurs aient entendu parler du Midjatt’ par le biais d’entités oniriques de passage dans le monde réel. A moins que vos joueurs ne soient arrivés dans le Midjatt’ d’une tout autre manière et que seulement alors, Érébus ait sauté sur l’occasion pour les recruter dans sa brigade.

Quoi qu’il en soit, la toute jeune brigade féerique constitue un des plus grands espoirs de vaincre la Réunification. Un lourd poids pèse sur ses épaules…

Au moment où vos joueurs entendront parler pour la première fois de la brigade, celle-ci ne comportera que très peu de membres. A vous de voir, elle peut ne pas encore exister, ou compter au maximum une dizaine de membres. Mais probablement pas plus.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.