La capitale du Royaume onirique : Raille

Raille

Raille est la capitale du monde connu. C’est au sommet de cette ville à trois étages que siège le roi et ses ministres. La ville est bâtie à flan de falaise et est en partie troglodytique. Les trois étages qui la composent sont judicieusement appelés ville basse, ville intermédiaire, et ville haute.

Cependant, on ne peut pas dire que chacun de ces étages correspond à une classe sociale ou à un niveau de richesse particulier qui caractériserait ses habitants. De toute façon, l’argent n’existe pas dans le monde onirique. D’ailleurs, l’écrasante majorité de la population vit dans la ville basse.

De l’avis général, Raille est non seulement une des plus belles villes du Midjatt’, mais aussi une prouesse architecturale en soi. En effet, celle-ci a été construite sur les flancs d’une montagne que l’on nomme le haut-lieu. L’origine de ce nom se confond avec l’origine du Midjatt’ et ne manque pas de surprendre encore aujourd’hui. Cette montagne n’étant pas particulièrement grande pourquoi diable l’avoir nommé ainsi ? Peut-être a-t-elle été plus élevé à une époque plus ancienne ? A moins que sa « grandeur » ne fasse pas uniquement référence à son altitude ? Vivre dans le Midjatt’, c’est bien souvent vivre dans un monde où les questions restent bien souvent sans réponse. La féerie commence le jour où l’on accepte cet état de fait.

Les trois étages qui forment la ville dans en réalité séparé d’une centaine de mètres les uns des autres. De gigantesques plateformes taillées à même la roche forment les proéminences sur lesquelles reposent les trois étages de la ville. Ils ne sont reliés entre eux que par des escaliers escarpés et également sculptés à flanc de montagne.

Voici une rapide description de chacun des étages

 

La ville basse

Comme expliqué plus haut, la partie basse de la ville concentre à elle seule la grande majorité des habitants de la capitale. Elle est par conséquent la zone la plus animée de Raille. Il est vrai que les personnes venant à Raille pour le troc et les festivités n’ont guère de raison de vouloir escalader plus avant la ville.

C’est ici que les aventuriers trouveront les commerces ou marchander, les lieux où se reposer et méditer, les tavernes à fréquenter, et les bals où danser.

 

La ville intermédiaire

C’est ici que se trouve la plupart des habitants officiels de la ville et du gouvernement. Les ministres et leurs conseillers y ont leurs habitations et pour certains, leur travail. A cet étage se trouve également la grande bibliothèque de Raille et la salle des rêves (voir chapitre dédié). C’est également ici que vous trouverez les salles d’entraînement des soldats et de la garde onirique.

 

La ville haute

D’une superficie plus modeste que les deux étages inférieurs, le dernier étage commence par une place où se trouve la pierre de Raille (voir plus bas). Le reste de la ville haute sert de fondation au gigantesque palais royal. Le bâtiment n’est pas seulement l’endroit d’où est administré le monde connu, c’est aussi un lieu de vie pour un grand nombre d’entités qui y travaillent. Les ministres y ont leurs zones privées. Le roi Atalante a les siennes. Mais la plupart des salles que compte l’édifice sont dédiés à l’administration et aux réunions. Les réunions du grand conseil royal se passent toutes une grande pièce spécialement dévolue non loin de la salle du trône. Cette dernière ne sert d’ailleurs que pour les cérémonies officielles. Il est notoirement connu parmi le personnel du palais que le roi trouve son trône particulièrement inconfortable et ne reste jamais assis dessus une seconde de plus que nécessaire.

Le palais est immense et a été bâti sur de nombreux étages, il est facile de s’y perdre même pour un habitué. Et les rumeurs vont bon train sur ce que cachent les sous-sols. Ces derniers étant interdit d’accès à la plupart. Enfin, bien que les raisons de s’en servir soient rares, le palais est doté de quelques cellules magiques. Il semblerait que toute personne plongée à l’intérieur se retrouve envelopper dans un voile blanc et éthérique où il ne tarde pas à perdre le fil du temps…

 

Les lieux et événements célèbres de Raille

Le grand bazar : que vous cherchiez des étoffes de Candélune, ou bien des outils de Praetor en passant par des grimoires de Cabaliettse, vous trouvrez forcément votre bonheur dans le grand Bazar de la ville de basse de Raille. Pourvu que vous sachiez à quel comptoir vous adresser. On murmure sur ce dernier que toutes les échoppes réunies contiendraient en réalité plus d’artefacts magiques et plus d’objets de valeurs que le reste du monde connu réuni. Mais bon… il ne faut pas non plus croire aveuglement toutes les rumeurs.

Sachez aussi que les commerçants ayant établi leur échoppe depuis longtemps dans le Bazar ont la réputation d’être de rusés négociateurs. Bien qu’honnêtes pour la plupart, mieux vaut néanmoins préparer un argumentaire solide si vous espérez troquer vos biens à leurs juste prix…

 

Le carnaval des féeries :

Événement culturel et musical marquant le passage des pluies d’astéroïdes (appelées aussi Gantrez, voir chapitre sur les cycles temporels) le carnaval des féeries est le festival le plus célèbre du monde connu. Bien que toutes les espèces d’entités prennent part aux festivités, l’organisation est dévolue aux fées. Officiellement car c’est l’une d’entre-elles qui aurait eu l’idée un jour. Officieusement car confier l’organisation de quoi que ce soit à des fées est le meilleur moyen d’en garantir le chaos le plus total. Or il a été décidé il y a longtemps que c’est l’improvisation et la spontanéité qui devaient être les maîtres mots du carnaval. L’astuce fonctionne encore aujourd’hui et les fées ne se doutent toujours de rien. Pourvu que cela dure…

Ainsi donc, la capitale se voit devenir voit pendant tout un cycle de Raoussk (environ deux semaines) un lieu de fête où se succèdent (ou plutôt s’interrompent) des spectacles de magies, des danses, des pièces de théâtre, des concerts, des fêtes foraines, et en clou du spectacle : le carnaval tant attendu aux quatre coins du Midjatt’. La préparation des chars qui défileront lors du carnaval, ainsi que leur décoration n’est d’ailleurs pas du tout prise à la légère.  Certaines villes ou villages se préparent très en avance afin d’être celui ou celles qui aura le plus beau char les représentant au carnaval. Et la compétition et les rivalités sont de plus en plus sérieuses à ce sujet.

 

La grande bibliothèque de Raille :

Cette splendide bibliothèque est certainement le plus visible édifice du niveau intermédiaire de Raille. Celle-ci a été construite très peu de temps après la grande amnésie de Saunitess (voir chapitre consacré) elle a servi dans un premier temps de lieu d’archive pour tous les documents mentionnant les guerres fratricides qui venaient d’avoir lieu ainsi que leurs origines. Mettre ces documents en lieu sûr et inaccessible empêcherait quiconque de rendre la mémoire aux entités du Midjatt’. Sage décision car avec elle, rejailliraient inévitablement les raisons qui les ont poussés à s’entretuer.

Mais la bibliothèque s’est également dotée avec le temps d’une impressionnante collection de livres traitant d’une très vaste variété de sujets différents. Magie, artefact, histoire (récente), géographie, anthropologie, artefacts… aucune thématique ne fera défaut même aux joueurs les plus curieux.

Le fonctionnement de la bibliothèque est extrêmement simple : il suffit de prononcer à voix haute et distincte le titre d’un livre ou bien un sujet auquel on s’intéresse et aussitôt les livres quittent les rayons d’eux-mêmes pour s’envoler jusqu’au demandeur en battant des pages comme le ferait un oiseau avec ses ailes. Le système est rapide et efficace mais néanmoins un peu dangereux pour ceux qui auraient la mauvaise idée de rester trop général et évasive dans leur demande. Ainsi, une célèbre anecdote des habitants de Raille concerne un certain « Midol » qui serait resté enseveli plusieurs cycles sous un énorme amas de livres après avoir prononcé un peu trop fort le mot truc. Prudence donc.

Enfin, sachez par ailleurs que la directrice de la bibliothèque n’est nulle autre que l’intraitable Amiscora qui est également l’une des huit membres du conseil royal. Comptez sur elle pour se trouver malencontreusement sur la route de tous ceux qui souhaiteraient accéder aux étages privés sans l’autorisation requise. Pour accéder aux salles où sont entreposés les documents traitant de la période avant la grande amnésie, il est indispensable d’être en possession d’une autorisation signé du roi en personne. Et Amiscora le sait très bien.

 

La salle des rêves :

Bâtiment plus en retrait, la salle des rêves est aussi l’un des édifices les plus récents que compte la capitale. Il n’a qu’une seule fonction : Protéger les rêveurs égarés.

Pour des raisons encore largement méconnues, Il arrive de temps en temps que des habitants du Zimmlaant, c’est-à-dire du monde réel, en vienne à dériver au fil de leurs rêves jusqu’à accidentellement atteindre le Midjatt’. Phénomène peu fréquent qui ne manque pas de surprendre les rêveurs. A leur réveil, il ne se souviennent généralement de rien sur le monde onirique ou n’en gardent que de vagues souvenirs. Cependant, c’est au cours de leur inconscient voyage dans le Monde onirique qu’il courent un sérieux danger.

Le premier danger existe depuis l’origine du Midjatt’, il s’agit de l’entité connu sous le nom de Yellvokka qui, obéissant aussi implacable que millénaire, cherche à éliminer du Midjatt’ toute personnes arrivées « illégalement » dans le monde des rêves. Peu importe qu’elle y soit apparue de son plein gré ou non. (voir chapitre dédié)

Le deuxième danger est la présence sans cesse croissante des cauchemars, bloqués entre deux phases de consciences, les malheureux rêveurs sont absolument sans défense contre eux. Se tenir à proximité d’un cauchemar est suffisant pour provoquer de profonds et irréversibles traumatisme dès le réveil de la victime. Le moindre contact serait fatal.

Afin d’éviter tout incident fâcheux, décision fut prise de recourir à la magie afin de regrouper tous les rêveurs et de les isoler dans autant de gigantesques poches lumineuses et flottantes. Les habitants du monde réel peuvent alors librement poursuivre leurs rêves sans risquer d’y être dérangé. Les poches de protection sont elles-mêmes conservés en suspension dans ce bâtiment que l’on nomme sobrement la salle des rêves. Un lieu tenu sous bonne garde, et dans un silence absolu.

 

Le Trevatt Pojkk ou pierre protectrice de Raille :

Brillant de mille feux depuis le dernier étage de Raille, et à proximité immédiate du palais royal, la pierre protectrice de Raille est elle aussi un lointain héritage des guerres qui ont marqué le monde connu. Celle-ci n’étant ni plus ni moins que le réceptacle d’un sortilège de protection dont les dirigeants de Raille crurent bon de déployer il y a longtemps. A l’époque où la ville n’en était qu’une parmi tant d’autres. En guerre perpétuelle contre les villes et empires voisins, les dirigeants crurent bons de se munir d’éventuels assauts contre les remparts en canalisant un champ de force entourant la citée. Ce dernier était activable à tout moment et pouvait empêcher quiconque de franchir les remparts. Le champ de force puisait son énergie de la pierre protectrice, et continuait d’exister jusqu’au total épuisement en énergie de cette dernière.

La paix revenue, la pierre protectrice perdit sa raison d’être. Elle resta en place à titre d’ornement, le sortilège demeura passivement attaché à son réceptacle. Ce n’est que récemment que le roi Atalante se pencha de nouveau sur cette pierre. Les raisons de ce regain d’intérêt sont pour le moment restées confidentielles, le roi craindrait-il à ce point les cauchemars qui arpentent de plus en plus nos terres ? Ou bien existe-t-il une autre raison pouvant expliquer qu’on s’intéresse au Trevatt Pojkk ? Le sortilège qu’elle renferme a-t-il survécu à une si longue époque d’inactivité sans s’en trouver détérioré d’une manière ou d’une autre ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.